Skip to content

« La Gauche populaire campe résolument à gauche »

21 juin 2012

Le débat entre la « Gauche populaire » et les tenants d’une gauche multiculturelle s’est intensifié ces derniers jours. Après des échanges très vifs sur Twitter, Sylvain Bourmeau, directeur adjoint de la rédaction de Libération, et Laurent Bouvet, politologue   ont débattu lundi sur France Culture de leurs divergences idéologiques profondes sur l’orientation de la gauche française. Dans le souci de comprendre un clivage apparu au moment où la gauche conquérait à nouveau le pouvoir, nonfiction.fr suivra l’actualité et l’évolution de ce débat. Dans cet entretien, Denis Maillard, un des fondateurs et animateurs de la Gauche populaire, explique le point de vue du collectif sur les rapports entre la gauche et le peuple. 

Nonfiction.fr Qu’est-ce que la gauche populaire ?

Denis Maillard La Gauche populaire est un groupe informel de citoyens intéressés par les questions politiques ; il s’agit aussi d’intellectuels et de chercheurs, de membres du Parti socialiste ou en rupture avec celui-ci, de chevènementistes, de rescapés du Modem, d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon et même de quelques Verts… Ils ont en commun de penser que la gauche ne peut arriver au pouvoir et s’y maintenir qu’en renouant avec les catégories populaires, et à travers elles avec la question sociale. Ils estiment que les défaites de 2002 et 2007 n’étaient pas des accidents de l’histoire mais les épisodes supplémentaires dans une dérive de la gauche institutionnelle. Le collectif est né au cours de l’année 2011 dans un séminaire, organisé par Laurent Bouvet à l’Observatoire de la social-démocratie au sein de la Fondation Jean-Jaurès. Le thème en était la montée des populismes. Nous essayions de comprendre pourquoi l’extrême-droite gagnait du terrain en Europe et l’on sentait qu’en France, l’élection présidentielle approchant, les choses allaient être semblables et que Marine Le Pen risquait de faire un score important. Cette tentative de penser collectivement s’inscrivait, pour Laurent et moi-même, dans la continuité de la collection RéGénération que nous avions fondé en 2003 aux éditions Michalon et où l’on essayait de faire surgir dans le débat politique des réflexions et des auteurs neufs.

Nonfiction.fr La collection s’intéressait déjà à la question sociale et au rapport au peuple ?

Denis Maillard C’était plus vaste, mais nous tournions déjà autour de cette problématique. Notre ambition était de comprendre ce qu’il s’était passé à gauche dans les années 1980 : alors que Mitterrand avait été porté au pouvoir sur des questions principalement sociales, à partir de 1982-1983, la gauche avait tourné le dos à cette question pour lui substituer une attention toute sociétale qui allait bien plus loin que ce que la deuxième gauche, le PSU ou la CFDT avaient pu proposer jusqu’ici. Pour le dire en quelques formules, la gauche officielle a choisi dans les années 80 l’agrégation des minorités contre le traditionnel « peuple de gauche » à qui elle n’avait plus grand chose à proposer en matière d’émancipation collective et qui commençait à lui faire politiquement défaut. Ce faisant, elle a substitué à la question du commun celle des identités ; elle a préféré le développement de la société à l’affirmation de la République. Elle a troqué le socialisme contre le multiculturalisme et la question sociale contre la diversité ! Mais ce faisant elle a aussi creusé son tombeau électoral. Jusqu’en 2012. Cette interrogation, née avec la collection RéGénération entre 2003 et 2007, est restée celle de la Gauche populaire. Entre les deux il s’est passé cinq ans durant lesquelles nos intuitions sont devenues des questions essentielles à la veille de la présidentielle de 2012 et nos réponses des clivages au sein même de la gauche ainsi qu’une manière nouvelle d’affronter la droite identitaire. Cinq ans pour que ces réponses soient entendues, face à la montée du Front national de Marine Le Pen.

Nonfiction.fr Comment comptez-vous peser sur le débat politique ?

Denis Maillard Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre comment nous fonctionnons avant de parler de nos objectifs. La Gauche populaire, c’est à la fois un séminaire qui se tient physiquement à la Fondation Jean-Jaurès et, en même temps, l’agrégation d’individus qui, petit à petit, se sont mis à réfléchir ensemble au moyen des réseaux sociaux, notamment Facebook. Aujourd’hui, c’est un peu plus de soixante-dix personnes qui conversent sur les réseaux sociaux, publient leurs travaux à travers notre blog et se retrouvent pour des réunions in real life. Il s’agit donc d’un « intellectuel collectif » issu des réseaux sociaux et qui fonctionne avec les réseaux sociaux : il n’y a pas d’adhésion, pas de chefs, l’organisation est minimale et il n’y a pas non plus de porte-parole, sauf momentané et issu du groupe comme en ce moment avec cet entretien. En revanche, certains travaux nous ont aidé à structurer nos réflexions. Je pense notamment au livre de Laurent Bouvet Le sens du peuple, aux enquêtes d’Alain Mergier et Philippe Guibert   auprès des catégories populaires, aux essais de Gaël Brustier et Jean-Philippe Huelin sur le peuple et la droite ou encore aux analyses de Sylvain Crépon   comme de Nicolas Lebourg   concernant le nouveau Front national, tous membres ou proches de la Gauche populaire. C’est un collectif informel et pluraliste de gens qui ont décidé de penser ensemble – chercheurs, professeurs, sociologues, citoyens, militants politiques… On est « Gauche populaire » par envie, par cooptation ou même par hasard tant nos réflexions rejoignent celles de nombreuses personnes à gauche.

Retrouvez la suite de cette interview sur le site nonfiction.fr

From → Interviews

2 commentaires
  1. Alex Antoine permalink

    Un peu de contradiction : La gauche populaire au risque de l’ouvriérisme, sur http://www.contreligne.eu
    Mais avec de nombreux points de convergence !

Trackbacks & Pingbacks

  1. Gauche populaire, on y va. « L'Abeille et l'Architecte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :